Challenge VTT des Chefs – 4 et 5 septembre 2018 – Chaudes Aigues (15)

Facebooktwittergoogle_plusredditpinterestlinkedintumblrmail

Pour la première fois depuis sa création, le Challenge VTT des Chefs était organisé ailleurs que dans le Morvan.

Pour avoir collaboré lors des premières éditions avec Patrick Bertron, Chef du Relais Bernard Loiseau, Vélo Morvan Nature était de la partie en tant que partenaire de cette 5ème édition les 4 et 5 septembre 2018 à Chaudes Aigues, dans le Cantal, à l’invitation de Serge Vieira, chef doublement étoilé.

Après quelques échanges avec l’équipe d’organisation en amont de l’évènement, la mission de ces deux jours était d’assurer le cas échéant la maintenance du chrono, au cas où… Tâche bien légère s’il en est, tant l’organisation du week-end était bien rodée.

J’étais donc sur le pied de guerre dès 7 heures le mardi matin, heure à laquelle nous avons pris la route avec Jef, également de la partie.

Direction l’Auvergne et ses volcans.

La météo est au beau fixe, ce qui permet de profiter des panoramas sur le parc des volcans et notamment le Puy de Dôme, à la silhouette reconnaissable entre mille.

Arrivés sur place aux alentours de 12 heures 30, nous sommes tout de suite dans le bain, puisque c’est déjà l’heure du repas d’accueil.

Le temps de laisser les vélos chez Michelin pour un changement de pneus, on file dire bonjour aux chefs et partenaires qu’on prend plaisir à revoir d’année en année. On salue l’hôte du jour Serge Vieira et sa compagne Marie-Aude, attablés en compagnie de Patrick Bertron pour régler les derniers détails de l’organisation.

On découvre aussi de nouveaux visages, dont celui de notre co-locataire, producteur de liqueurs à la voix tonitruante, qui partagera avec nous le logement numéro 69.

Le petit déj’ est loin et le temps presse, on a peu de temps pour déjeuner considérant que le départ de la rando de l’après-midi se profile déjà.

Buffet, lasagnes, il faut se modérer pour ne pas être trop dans le dur sur la rando qui suit.

Le planning prévoyait une “rando de mise en jambes” au nord de Chaudes Aigues, suivie le cas échéant pour les plus motivés de la découverte au choix du parc d’accrobranches Truyère Evasion ou d’un passage au centre thermo-ludique Caleden.

En route pour la rando, au départ immédiat du VVF de Chaudes Aigues, camp de base de ce challenge 2018.

On découvre immédiatement les panoramas sur les monts du Cantal et les points de vue ouverts qui ponctueront les kilomètres des randos.

Premier constat, c’est beau. Second constat, ce n’est pas plat !

Au fil des années, les troupes s’étoffent, et c’est une petite cinquantaine de VTTistes qui dévalent les chemins poussiéreux à bon rythme. A noter également que le peloton se féminise, ce qui est plutôt sympa.

Le peloton s’électrise aussi. J’ai rarement roulé avec autant de VTT à assistance électrique que lors de ces deux jours. On en a profité pour tester les modèles mis à disposition par Néomouv, partenaire de l’évènement, dont un enduro plutôt fun, encore à l’état de prototype, et des modèles dont le moteur surpuissant est dans l’axe de la roue arrière. On y prendrait vite goût !

On se dit avec Jef que le profil de la rando est d’emblée très descendant, et qu’à un moment ou un autre, on va prendre cher.

Francis, du magazine Le Chef, profite d’une bonne grosse descente technique pour prendre sa traditionnelle tôle annuelle en VTT. Il ne s’en remettra pas du week-end, laissant dans les pierres ses côtes et la partie électronique embarquée du VTTAE. Une jeune femme avait quant à elle déjà laissé son nez quelques kilomètres plus tôt, mais pas sa bonne humeur.

On arrive enfin sur les rives de la Truyère, cours d’eau large ponctué de barrages hydro-électriques, après une dernière traversée de pré droit dans la pente.

Quand on longe une rivière, très belle au demeurant, ça veut souvent dire qu’on va devoir remonter. Vue l’heure déjà avancée, deux groupes sont constitués. Le premier rentrera par la route (retour “tranquille”, mais le “Cantalou” a une notion toute particulière du “tranquille”, puisque ce seront quelques kilomètres d’ascension sur le bitume au menu), le second par les chemins.

On opte pour la seconde option, on est venu pour rouler !

S’en suivent quelques kilomètres ou alterneront côtes souvent raides et descentes à tombeau ouvert. Je regretterai presque un moment mon choix, car j’explose littéralement dans une longue ascension. Je me refais néanmoins,  profite des descentes sur les dalles de pierre, techniques et joueuses, et me dis que ça aurait été dommage de ne pas profiter des points de vue qui s’offrent au détour de chaque virage.

On rejoint Chaudes Aigues pour la montée finale vers l’arrivée, qui nous avait parue beaucoup plus courte le midi en voiture.

Belles images à 2’20 ! 😉

On pause les vélos, 21 kilomètres et 668 m de D+, c’est pas mal pour une “mise en jambes”.

On s’hydrate, car il fait chaud : Bière-Gentiane, recommandée par les spécialistes. Effectivement, c’est très bon, on prend note.

Comme on est rentré un peu tard, on file à la douche, pour être prêt pour le lancement officiel du challenge, aux alentours de 18h30.

C’est le moment que choisi Jean Sulpice pour faire son arrivée, plutôt affûté, annihilant en un clin d’oeil toutes les velléités de victoire dans la catégorie “Chefs” de ses homologues.

Le Challenge et les partenaires sont présentés de concert par Serge Vieira et Patrick Bertron, à l’occasion d’un apéritif chaleureux.

Puis on file en direction de Chaudes Aigues pour le dîner organisé dans le nouveau restaurant Saudade de Serge Vieira, en compagnie de Bernard Leray et Patrick Wiegel.

Le dîner sera excellent et l’ambiance très chaleureuse.

Retour au VVF aux environs de 1 heure du matin pour une nuit où j’aurai du mal à trouver le sommeil.

Réveil à 5 heures, plus moyen de dormir. Un coup d’oeil aux infos sur internet, Jef est aussi réveillé. On sera ainsi à l’heure pour le petit déj’, prévu dès 6h30.

On vérifie le chrono, tout est prêt.

Départ de la rando après quelques photos.

Nouvelle pause quelques centaines de mètres plus tard devant l’objectif d’Olivier Béart de Vojo, avec en toile de fond les monts du Cantal émergeant de la brume. L’ambiance est bonne !

Cette fois, c’est vraiment parti.

La trace est annoncée plus light que la veille, seule la première dizaine de kilomètres étant physique. Cela sera au final vrai, puisque l’essentiel du dénivelé sera avalé à la fin de la première spéciale.

Ca serpente doucement dans les chemins, en légère pente. Le groupe est fourni et s’étire.

On arrive au départ de la première spéciale, raccourcie, car jugée un poil trop physique dans sa version initiale.

Effectivement, ça grimpe et c’est technique d’emblée, dans un pierrier, puis on prend à gauche pour une longue et droite piste avec en point de mire le sommet du Puy de la Tuile, où s’offre à nos yeux un splendide panorama.

Sur cette spéciale, les VTTAE sont rois !

De là, on se laisse couler sur les pentes du volcan, à travers des forêts qui rappellent désormais le sud-Morvan, à travers sapins et granit.

La seconde spéciale est plutôt plate et assez longue, entre bocage et forêt. Ca va vite et c’est plutôt sympa à rouler.

S’en suit une portion alternant entre larges pistes et petites routes, d’où on peut régulièrement apercevoir le Château de Couffour, le restaurant de Serge Vieira, surplombant Chaudes Aigues.

On atteint rapidement le départ de la troisième spéciale, majoritairement descendante, qui plaît aux enduristes. Ca file entre les sapins, ça trace dans les épingles. On franchit un ruisseau, puis ca grimpe jusqu’à la route.

On est désormais presque arrivé. Le temps de réunir tout le monde et on prend la direction du Château, qu’on découvre au sortir d’une majestueuse allée arborée. De là, direction le VVF, par un chemin en gravier qui finit d’user tout le monde.

La quatrième spéciale, tracée autour du VVF, finira par ce même chemin, après avoir emprunté des portions ludiques dans les prés alentours.

Bilan : 29 km et 749 m de D+, avalés à un bon rythme.

Remise d’une médaille gravée à nos initiales, une bière-gentiane, une douche, et c’est le moment de passer à table.

Outre un généreux buffet, l’attraction du repas est une gigantesque poëlle où est préparé une truffade, accompagnée de viande et de saucisses du terroir. Parfait pour refaire le plein d’énergie.

Puis viennent les podiums, où les Morvandiaux figureront plutôt bien.

Quant au Challenge des Chefs, c’est une nouvelle fois Jean Sulpice qui le rapportera sur les rives du Lac d’Annecy. Le podium est complété par Sébastien Bras et William Lemoine.

C’est déjà le moment de prendre congé. On salue Serge Vieira, qui a organisé une belle édition, la première hors du Morvan, et on lui remet en remerciement un maillot Vélo Morvan Nature.

En 2019, ce sont Bernard Leray et Patrick Wiegel qui accueilleront l’épreuve dans les Vosges.

Et cela s’annonce d’ores et déjà sympathique !

Facebooktwitteryoutubeinstagram

Démarrez une conversation

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *